dimanche 27 septembre 2015

Le bac de Hinx

Le port de Hinx n’est plus aujourd’hui fréquenté que par des pêcheurs à la ligne ou quelques promeneurs. Il subsiste cependant sur ses rives, le dernier bac de l’Adour piloté par l’ultime passeur de Hinx, Monsieur Bergeron. 

Le bac de Hinx repose sur un tapis de verdure

Ce bac motorisé de métal mesure treize mètres de long pour quatre mètres trente de large, et permettait de faire passer d’une rive à l’autre, tracteurs, bétail et marchandises agricoles, jusqu’en 1992. Ce service de bac reliant Téthieu à Hinx existait depuis plusieurs siècles. 

Treize mètres de long
On peut noter le tarif des passages établi au XVIIIe siècle, par le sous-préfet Forsans de Dax : « Un homme chargé ou non : 5 centimes, un homme à cheval : 10 centimes, (…), un char chargé avec bœufs et bouvier : 30 centimes, (…), une voiture à quatre roues autre que les chars : 40 centimes, (…), cochons, brebis, moutons : 3 centimes, chaque oie : 1 centime ». 

Le bac à Sorde-l'Abbaye transporte encore tracteurs et kiwis !

dimanche 6 septembre 2015

Bayonne par Claude Joseph Vernet


    Une des deux vues de Bayonne, exécutées par le peintre Claude Joseph Vernet (1714-1789), dévoile une image de la plupart des embarcations de l’Adour en 1761 dans le faubourg de Saint-Esprit. La mode étant à la reproduction de toiles remarquables, deux dessinateurs et graveurs Charles Nicolas Cochin (fils) (1715-1790) et Jacques Philippe Le Bas (1707-1783), exécutent une copie de la toile de Vernet en 1764. 
 
Reproduction de la toile de Vernet
Reproduction fidèle à l’original, qui offre la possibilité à l’époque, grâce à l’impression en série, d’une meilleure diffusion des documents iconographiques. La gravure permet de mieux appréhender la foule de détails qu’a retranscrit l’œil du peintre. Devant un trois mâts marchand en carénage, penché dans les eaux du fleuve, on peut remarquer un halo - long chaland de la Nive - chargé de marchandises, plusieurs tilholes sur la rive ou sur l’eau, manœuvrées aux avirons, des chalands, une galupe, des pinasses cabanées, un chalibardon et son long aviron de queue et plusieurs couraux à l’aplomb du navire en carénage, utilisés par des calfats.