lundi 18 mai 2015

Bibliographie de l'Adour


Déformation professionnelle oblige, il me paraissait important de vous proposer une bibliographie la plus exhaustive possible consacrée au fleuve Adour. J’ai fait le choix de n’indiquer que les livres entièrement consacrés au fleuve, mettant de côté ceux qui ne l’évoquait que par bribes ou chapitre unique, tout comme les nombreux ouvrages dédiés aux communes riveraines. Mais… Si par mégarde, un livre m’avait échappé, un petit mail pour me remonter les bretelles sera le bienvenu pour que je  corrige mon oubli !
"L'Adour et ses Gaves" de René Cuzacq

Pêche


- « Au fil de l’onde, clins d’œil et facéties d’entre Gaves et Adour » de Jean-René Lalanne et Oscar Casin, Régionalismes, Cressé, 2013.


- « Le saumon de l’Adour, son voyage initiatique, sa pêche » de Patrick Prouzet, Pleine page, Bordeaux, 2013.


- « La pêche du saumon dans l’Adour, le saumon dans le gave de Pau » de Olivier Dunouau, Cairn, Pau, 2011.


- « Ô mes Barthes, les tribulations des chasseurs et des pêcheurs des Barthes de l’Adour » de Jean-René Lalanne, Princi Negue, Cressé, 2006.
 
Batellerie

« Commerce fluvial sur l'Adour du XVIIe au XVIIIe siècle, les ports de Saint-Sever, Mugron, Laurède et Hinx » de Vincent Lagardère, L'Harmattan, Paris, 2016.



- « La batellerie de l’Adour en images, du XVIIe siècle à nos jours » de Gilles Kerlorc’h, Cairn, Pau, 2012.

 - « Marins et pêcheurs en Pays d'Orthe », (Collectif), Centre Culturel du Pays d'Orthe, Sorde l'Abbaye, 1999.


- « Les bateaux de l’Adour » de Jean-François Beaudoin, in Les Cahiers du Musée de la Batellerie, n°22, A.A.M.B., Conflans-Sainte-Honorine, 1987.


- « Les derniers gabariers et les derniers pêcheurs de l'Adour » de Louis Larbaigt, Editions Marrimpouey, Pau, 1977.


Découverte


- « L'Adour, carnet de voyage » de Gilles Kerlorc'h, Geste, La Crèche, 2017.

- « Au gré de l'Adour, 12 promenades dans les villages du Haut Adour », (Collectif), Syndicat Mixte
du Haut et du Moyen Adour, Bagnères-de-Bigorre, 2013.


- « Val d’Adour maritime, rive gauche (L’) : Pyrénées-Atlantiques», (Collectif), Syndicat intercommunal de protection des berges de l’Adour et de ses affluents, Urt, 2001.


- « Berges de l’Adour, de Bayonne à Dax » de Marie-Hélène Martens et Dominique Lérault, Atlantica, Biarritz, 1999.


- « L’Adour, de source en embouchure » de Jean-François Hamon et Emmanuelle Barberas, Aubéron/L’Horizon Chimérique, Bordeaux, 1995.


- « L’Adour et ses Gaves » de René Cuzacq, Union Sociale de la Haute-Auvergne, Aurillac, 1933.

- « L’Adour et ses affluents, régime et utilisation des eaux » de Jean Fischer, Hachette, Paris, 1929.


Histoire


-  « Autrefois l’Adour, le fleuve gascon à la belle époque » de Serge Pacaud, Atlantica, Biarritz, 2007.


- « L’Adour maritime de Dax à Bayonne », (Collectif), Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Pessac, 2001.


- « Chroniques des bords de l’Adour » de Claude Larronde, Bibliothèque Centrale de Prêt des Hautes-Pyrénées, Tarbes, 1987.

- « Les projets pour les digues de l’Adour conservés à l’inspection du génie à Paris » de René Faille, Société des Sciences, Lettres et Arts, Bayonne, 1978.


Beaux livres


- « Parlez-moi d’Adour » de Michel Cardoze et Jean-Bernard Lafitte, Le Vert en l’air, Estang, 2005.


- « L’Adour, pays et paysages » de Fred Fort et Alexandre Pilet, Atlantica, Biarritz, 2004.


- « En pays d’Adour, au fil des eaux » de Marie-Hélène Daudu et Gérard Daudu, Héraclès, Bizanos, 1995.


Littérature


- « Poétique de l’Adour, des sources à l’embouchure », (Collectif), La Malle d’Aurore, Tarbes, 2005.


- « Ecrire l’Adour, évocations littéraires, une anthologie » de Jean François Hamon, Confluences, Bordeaux, 1999.


- « L’homme qui vola le fleuve, 1578 Louis de Foix détourne l’Adour »  de Fernand Lot, Fasquelle, Paris, 1938.

lundi 11 mai 2015

Bateau-forêt

Sous ce bosquet repose la coque d’une ancienne embarcation de l’Adour, visible à marée basse.


L'île
Qui en soupçonnerait l’existence ? Le limon au fil des ans a envahi le réceptacle de bois, la végétation y a trouvé un terrain fertile et aujourd’hui l’embarcation est devenue un îlot, symbole marquant d’un retour à la nature.


Tableau arrière et gouvernail
En contournant l’îlot, on retrouve quelques traces de l’ancienne fonction de l’embarcation. Le tableau arrière est bien visible avec son vestige de gouvernail, ce qui permet d’identifier l’épave comme étant un bachet.

Alors... savez-vous où se trouve ce bateau-forêt ?


L'Adour en toile de fond